Histoires maternelles: Pourront-ils être heureux?

Histoires maternelles: Pourront-ils être heureux?

Quelques-uns  de mes mots ,

 

des mes maux,

 

de nos maux ,

 

« posés sur le papier, »

confiés, criés ,avoués, chuchotés…

 

Et tous ces sourires aussi

 

parce ce qu’en dépit  des vicissitudes

de la vie

 

la joie de l’Eternel ne doit pas nous quitter .   

 

 

Entre deux douceurs ma plume vous parle!

ecrit

Pourront-Ils être heureux?

(2007)

Maman.jpg

Tableau de mon amie Christelle Romulus

A toutes les mamans qui n’auront pas eu le temps…

A toi belle-maman rencontrée l’espace d’un instant…

A toutes celles qui comme moi, ont peur de ne pas avoir le temps…

A tous les Enfants petits et grands

A mes enfants que j’aime infiniment

59574_1523626525354_1075336725_31506004_461316_n.jpg

A Tous… !

Pourront-ils être Heureux???

En le scrutant, en le fixant, il me semblait si bleu mon Horizon

Soudain survient un tragique évènement qui remet tout en question

Douleurs enfouies, douleurs endormies,

et indifféremment la vie suit son chemin

Douleurs, blessures brutalement mises à nues

réveillant ainsi inquiétudes quant à la fin

Et voilà que l’Hiver de la vie, tant de fois craint

et redouté durant l’apogée de notre Printemps

En arrive aujourd’hui, à être secrètement espéré, rêvé,

En aurai-je le temps?

Il ne s’agit pas de moi, il ne s’agit plus de nous,

mais il s’agit d’eux

Trop tôt partie, pourront- ils être heureux?

Et si mon souffle était trop court pour pouvoir leur dire

Qu’ayant donné en dépit des malheurs,

un réel sens à ma vie, mon cœur garde le sourire

Si la force me quittait, m’empêchant de leur montrer

Qu’éclairant mes jours et mes nuits malgré cris et colères,

leur présence explique ma sérénité

Trop tôt partie, pourront-ils être heureux?

Et si mon souffle était trop court pour pouvoir leur déclarer

Qu’après tant de larmes versées,

ils me donnent envie de me surpasser, de me transcender

En le scrutant, en le fixant il m’a semblé moins bleu mon Horizon

Et soudain dans mon esprit embué,

survient une pensée éloignant les larmes

Ô je ne sais pas combien de temps,

mais je me dis que chaque jour passé ici est un Don

Trop de personnes sont parties sans pouvoir dire,

les laissant sans arme

Alors en écrivant ainsi ces mots pour eux,

n’est ce pas ma façon éternelle de vivre

Je voudrais savoir ouvrir quand il le faut

et ne poser mes grands yeux

Que sur nos nombreux échanges et partages heureux

Moments qui à jamais demeureront pour eux,

Ô combien précieux

Même si les saisons me manquaient pour pouvoir leur parler

Peut être que la trace de ces mots pourra alors effacer leurs maux

Une fois partie, en dépit du malheur, ils sauront être heureux

Car à jamais ils verront écrite la preuve de cet immense Amour

Et couleront des larmes de joies,

des larmes d’espérance de leurs yeux

Quant à leur cœur, il sourira pour toujours

En le scrutant, en le fixant,

c’est certain il est bleu mon Horizon … !

(Souvenons-nous d’aimer pour de vrai sans remettre nos paroles et nos actes d’amour à plus tard car nul ne sait…)

Marthe-Ghislaine Ekambi  Dayas-Eyoum/MGEDE(2007)

  bouches-fashion-280943

photos mai 2014 et fin février 2015
photos mai 2014 et fin février 2015

photos mai 2014 et fin février 2015

La poésie est une union avec tous ou quelques -uns,
et c’est aussi hélas ! une solitude sans frontière.

(Alliette Audra)

56 réflexions sur “Histoires maternelles: Pourront-ils être heureux?

  1. Ce que tu dis,c’est la vie partagee,l’amour,les sentiments,tant d’affections si fortes,merci pour ce moment suspendu ou l’emotion prend le dessus

    J'aime

  2. Déjà te dire que tes enfants sont superbes et aussi qu’ils doivent êtres fiers d’avoir une maman qui leur témoigne de son Amour a travers un poème criant d »amour et de tendresse. Félicitation …

    J'aime

  3. Quelle beauté, quelle écriture, quelle profondeur, quel pouvoir d’émouvoir! J’en suis encore ému… Ce sera un honneur de te le lire en public; Au vrai une invitation à garder espoir en des temps brumeux où le désespoir se fait précieux invité.

    J'aime

  4. En tout cas ma cher co-ep, je tiens à te feliciter car ils sont mignons les fruits de tes entrailles! En plus ils sont benis, comme le dit la parole. Je tiens particulierement à te remercier, oui parce que ton poeme en dit long. Oui tout simplement dire à nos enfants combien nous les aimons et surtout rendre grace à celui par qui nous vient cette joie immense (JEHOVAH) Oui t,as raison de rendre temoignage haut et fort. Surtout le pere celeste s,est levé en ta faveur après que les hommes aient dit sur ce que tu sais! Je me refere à l,un de tes temoignage intitulé (MAL D,ENFANTS) qui m,a vraiment marqué. En plus ils sont très mignons les cousins à ma GEORGINETTE! A celles qui n,ont pas encore eu cette chance de devenir maman, ou encore à celles qui n,en ont pas eu ( TELLE EST LA VOLONTE DE DIEU) Soyez fortifiées en Jesus Christ. Merci Martha, que Jesus l,etoile du matin illumine toujours ton adorable famille et toi…kissou!!

    J'aime

  5. Martha, kel chef d’oeuvre. En te lisant, on parcours toutes les étapes de la vie (passion, désespoir, amour, chagrin, réconfort, courage…) Où as tu pu trouver une telle inspiration?? Bref, C’est très émouvant et très profond. Je souhaite ke tes enfants puissent lire et comprendre combien tu les aime. Encore une fois BRAVO!!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

  6. Ma chère Marthe! J’ai fait cette pause avec plaisir. J’ai eu d’autant plus de plaisir que ces mots ont résonné en moi. Moi qui ai connu la douleur de la maladie et la déchirure de la perte d’un « presque » bébé. Pardon pour le « presque », mais notre société ne donne de place qu’au bébé qui est là. Alors difficile pour la maman que je suis de faire son deuil. Comment dépasser la culpabilité de s’être autorisée à vivre, à sourire, à aimer les autres… Comment leur avouer que souvent, on se surprend à se demander ce que serait la vie avec cet autre nous? A quelque chose malheur est bon. Désormais, rien ne sera plus pareil. Chaque instant est une fête. On se réjouit d’être là. On rend grâce à Dieu pour la santé de nos enfants, et même pour la nôtre, malgré notre extrême fragilité. On se dit : CARPE DIEM ! On lâche prise en se disant comme Khalil Gibral que : nos enfants ne appartiennent pas; ils sont l’appel de la vie à elle-même, ils viennent à travers-nous et non de nous! On leur apprend l’autonomie. On profite que tous les instants passés ensemble, même des silences. A y voir de près, on sait qu’on a bigrement de la chance et finalement une sacré belle vie! Et si le crépuscule devait arriver, ma foi, on l’accepte! C’est notre avenir à tous! Pour l’instant, on conjugue le bonheur à tous les temps… Grosses bises à toi ma toute belle!

    J'aime

    1. Merci d’avoir pris le temps…J’ai connu la douleur « des presque bébés »qui ne comptent pas, et pire celle des bébés dont on ne doit pas parler car étant passés comme des étoles filantes…Je parle de ces douleurs dans « Cette part de mon âme » et une chose est sûre pour moi…on ne « fait pas le deuil d’un enfant »…Nous en reparlerons lors du partage dans le blog de ce texte que tu dois certainement connaitre…Pour l’heur oui conjuguons le bonheur à tous les temps, tant que ce souffle dont je parle précisément ici nous est gracieusement accordé, montrons leur à quel point nous sommes remplies d’Amour pour eux, ces précieux prêts de Papa là-haut, afin qu’ils se souviennent…en tout temps…merci d’avoir pris le temps mon amie.Bisous aux tiens

      J'aime

  7. Splendide,parfois eschatologique,paroles justes,oh que tout ça est beau….on peut comprendre Victor hugo,les sentiments un peu trop forts qu’il éprouvait pour sa fille leopoldine…….la suite tu connaîs Marthe.Merçi ô mulema

    J'aime

  8. Au cœur de ton questionnement s’inscrit toute la problématique de la vie, celle du sens de la vie plus encore. La Bible (quel beau bouquin) dit de ces choses qui font les temps de la fin que nul (pas même Jésus) ne sait le jour ni l’heure. Seul le Père sait. Il est le Maître des Temps et des Circonstances. D’aucuns le nomment Grand Architecte tant son ouvrage (le monde) est tiré au cordeau comme par un géomètre-expert. C’est donc que dans Son Plan (qui est parfait, comme il se doit), il a prévu que tu viendrais, toi aussi et pour le bail qui t’est imparti, ajouter une goutte ou deux à l’océan de la vie. Que tu prendrais ta juste part (rien de plus) à l’éternité en donnant une vie qui, à travers ton ADN, continuera dans d’autres vies qui, à leur tour, etc. C’est pour cela que tu es là. Le reste, la suite, LEUR futur, ne sont pas de ton ressort. Comme dit cette belle pub sur l’Iphone, « il y a une fonction pour ça » dans Son Plan. La vraie question est donc: est-ce que tu les équipes pour les combats de leur temps? Pour le reste, le bonheur notamment, c’est LEUR affaire. D’autant que le bonheur est relatif. Pour certains c’est un bon vin. Pour d’autres, c’est l’argent et le pouvoir. Pour d’autres encore, c’est de voir des enfants devenir des hommes…Nous ne sommes que des passeurs de témoin « in a never ending race ». Chaque génération doit s’employer à passer un témoin aussi propre que possible. Surtout à ses successeurs directs pour qu’à leur tour, ils en fassent le meilleur usage possible. Telle est notre part d’homme, le reste est à Dieu…

    J'aime

  9. Si bon de voir que tu « grattouilles » aussi…Il faut partager TOUT ce que nous avons reçu du MAÎTRE là haut. Cela donne un sens à notre vie. PARABENS!!! Et soit bénie

    J'aime

  10. ‎ »Et si mon souffle était trop court pour leur déclarer qu’après tant de larmes versées, ils me donnent envie de me surpasser, de me transcender ». Merci MGEDE, j’aime, j’aime…

    J'aime

  11. un peu d’oxygene merci pour ces belles paroles, c’est tellement triste l’indifférence nos petis ont besoin de NOUS rien ne vaut la vie!!

    J'aime

  12. Merci chère amie d’être notre plume, à nous maman, qui chaque jour et à chaque épreuve que la vie nous impose, devons être solide comme des rocs.Eh oui il est tabou de dire à quel point on souffre, à quel point la douleur est tellement forte qu’on se demande si on parviendra à la dépasser un jour. Je connais ce que ça fait de n’avoir pas pu dire à quel point on aime une personne, moi c’est mon père,et certaines situations n’ont de cesse de me rappeler le vide immense qu’il a laissé en moi.Merci grâce à Dieu, mes enfants m’apportent beaucoup et me font tenir bon !

    J'aime

    1. Emma, merci  à l’nfini d’avoir pris le temps de lire et bien plus de dire Partager nos mux à travers ces échanges de mots, apportent tant…réconfortent tant..fortifient tant, car seuls, nous ne le sommes pas…Merci d’être là A tous merci de passer par là et laisser à chaque fois un petit quelque chose qui fait grand bien Merci

      J'aime

  13. C’est très beau et très bien écrit !!!!Mais c’est vraiment triste .Tu penses à la belle famille que tu as . A tes superbes recettes que tu nous réalisent .Soit zen et refait nous un poème qui pète de joie et d’optimiste .bisous mon amie de FB

    J'aime

    1. Merci Michele, c’est aussi cela la vie mon amie, mais par sa Grâce infinie, la joie triomphe toujours, parce malgré tout, la vie est merveilleuse…Douce nuit et à demain Inch Allah

      J'aime

  14. c’est beau et tellement touchant ; parce que nos enfants sont ce que nous avons de plus cher au monde ; parce que nos proches laissent un vide immense lorsqu’ils rejoignent les étoiles mais là haut ils veillent sur nous.

    J'aime

  15. Je sais que tu sais ce que je sais…cueille chaque instant du jour qui passe Marthe, en bleu, en rose, en jaune, en noir, en vert, en violet, qu’un arc en ciel traverse ton ciel plus souvent que rarement, pensées positives et pleines d’amour. Je t’aime. Vic.

    J'aime

  16. ‘ai pas lu les commentaires mais j’ai pleuré!!!pourquoi???je ne pourrai te repondre sauf que je me suis sentie un peu emporté loin dans mon envie aussi de leur écrire aussi des mots coe les tiens avant que n’arrive une quelconque tragédie…. tu écrit divininement bien,marthe.ce don est en toi,fais en bon usge et fais nous encore décoller!!!

    J'aime

  17. Beaucoup d’émotion………………tendrese, amour et pensée pour celles qui sont là qui étaient là et qui seront là demain…………..j’adore Marthe

    J'aime

  18. C’est vrai le temps est précieux (quantité) , mais la qualité de celui que nous passons avec eux (les enfants) est le plus important. J’ai toujours pensé que le plus importants est de les aimer, le leur faire savoir, le leur faire sentir.

    J'aime

    1. Merci infiniment Nicole d’avoir pis le temps de lire et de dire…cela me touche particulièrement et je suis en accord avec ce que tu dis…Quant à la rencontre, ne dit on pas que seules les montagnes ne se rencontrent pas??? Dieu est grand et Il sait nous mettre en « connection »…Bisous tout plein

      J'aime

  19. Je suis touchee, parce que maman, autrefois hantee par les meme peurs et comme toi arrivee a ce constant si rassurant, si apaisant, qu’ici ou ailleurs, on saura les aimer tendremment, obstinememnt et que chaque jour passe pres d’eux, a les regarder dormir, les ecouter vagir, les entendre rire, est un don, une grace et qu’il doit etre vecu comme si c’etait le dernier. love mathamour

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s