Un deuil familial devrait être …

Un deuil familial devrait être un moment d’union, de consolidation,

de partage et d’amour…Mon Dieu, si nous nous attelions à faire

tout notre possible pour qu’il en soit le plus souvent  ainsi.

La plupart du temps, la famille n’est-elle pas là où tout commence?

Là ou l’amour ne finit pas?!!!

3fc837bc

 

En théorie,  au-delà de la grande souffrance éprouvée par tous,

une période de deuil familial devrait être synonyme d’union,

de consolidation pour les membres de la famille…

En théorie oui, » ce pays » où tant et tant de personnes

souhaiteraient vivre .

Hélas, dans la  vraie vie, ce n’est pas toujours le cas.

Dans la vraie vie,  on assiste, trop souvent, à des spectacles

tellement désolants, où les membres d’une même famille se déchirent;

notamment frères,sœurs, parfois enfants vis à vis du parent restant…

A la douleur causée par la perte de l’être cher, se rajoute la souffrance

due à des rancœurs  et autres frustrations jusque là enfouies…

Et ces déchirements donnent l’impression d’ être sans fin,

reposants sur ce qui semble être broutilles, matériel et pacotilles…

Ce qui pourrait être intéressant à noter,

afin que cela ne se répète pas sans cesse,

afin que paix , amour ou tout au moins

respect triomphe:

Accepter que si le deuil est familial, la douleur elle,

reste individuelle.

Elle se vit de façon différente, voire même seul (e).

Accepter qu’il y a plusieurs étapes par lesquelles tout individu

passe lors d’un deuil. 

D’après les psychanalystes, il y en aurait 7:

1 – Choc et déni

2 – Douleur et culpabilité

3 – Colère

4 – Marchandage

5 – Dépression et douleur

6 – Reconstruction

7 – Acceptation

Cette période plus ou moins longue,dépend de la nature de la perte,

mais aussi et surtout du mental de la personne éprouvée.

 

Comprendre qu’au sein d’une même famille, l’histoire vécue

avec le défunt est rarement la même en tout point.

En effet, il n’y a qu’à écouter  les descriptions ou autres histoires

sur les parents, racontées par une fratrie. On a l’impression

qu’il ne s’agit pas « des mêmes parents ».

Cela semble s’expliquer par le fait, que chaque enfant naît

à un moment de vie des parents qui est différent !

En outre, chaque enfant, même s’il appartient « au groupe familial »

a sa sensibilité propre, son caractère…ce qui doit être respecté d’ailleurs

Les vécus et autres ressentis au sein d’une même famille ne peuvent

pas être similaires . Et tant mieux !!!

 

Ce qui semblerait intéressant à faire, notamment

par « des pièces rapportées » :

Rien de péjoratif ici dans le terme « pièces rapportées« ,

il s’agit de personnes proches aux membres de la famille,

 

véritables amis et aussi et surtout conjoints, pour ceux qui sont

en couple.

Ces personnes doivent pouvoir être l’oreille, l’épaule,

compatissantes et surtout aider leur ami(e), ou « amour »,

en souffrance à relativiser les événements vécus pendant

cette période, qui lui sembleraient (parfois à juste titre hélas, mais

peut-être aussi commises par des personnes  elles-mêmes

en souffrance et donc maladroites…) blessants;

les aider à prendre de la hauteur …mais surtout  ne pas

attiser quelques braises que ce soit, car en réalité, cela

en rajoute davantage à la douleur.

Ce que ces personnes quelque peu extérieures doivent

garder au cœur, et peut-être savent même déjà de part leur expérience,

c’est que la douleur est mauvaise conseillère et entraîne sur un chemin

tortueux, semé d’actes parfois regrettables…

Ces « pièces rapportées » doivent être des personnes qui consolent,

pour le bien de tous !

Et elles doivent peut-être aussi rappeler avec douceur, à

« leur personne éprouvée », que la personne

qu’elle « pleure », était une personne qui aimait

 » sa famille unie »,ou tout au moins la respectait.

Par amour pour elle et afin qu’elle repose en paix ,

n’alimenter ou ne créer aucun conflit,mais œuvrer pour l’unité.

 

Mais ce qui semble être, c’est que la mort

d’un être cher rend vulnérable:

C’est pourquoi il ne faut pas prendre de décisions radicales

pendant cette période; décision(s) pouvant influer

sur votre vie, mais aussi sur celle « des vôtres »!

 

Pour le coup, laissez donc le temps faire son oeuvre.

N’hésitez pas si vous en éprouvez le besoin, à parler, partager:

Ecrire, se confier sur sa douleur, c’est déjà se consoler.

Et si vous pouvez vous le permettre et que vous sentez que les choses

vous échappent, n’hésitez pas à demander de l’aide à un professionnel

et/ou à une personne d’église si vous avez fait le choix de croire en Dieu !

Un deuil familial devrait être un moment d’union, de consolidation,

de partage et d’amour…Mon Dieu, si nous nous attelions à faire

tout notre possible pour qu’il en soit le plus souvent  ainsi.

La plupart du temps, la famille n’est-elle pas là où tout commence?

Là ou l’amour ne finit pas?!!!

Le livre que je vous conseille :

41ghaealhel-_sx319_bo1204203200_

https://www.amazon.fr/Vivre-deuil-au-jour/dp/2226241574

L’amour n’est pas ailleurs, l’amour n’est pas en toi…

L’Amour c’est Toi,

c’est Moi, c’est Nous ❤

O Boso Na Ndolo ♥ (En avant avec Amour♥) et souvenons-nous

d’aimer pour de vrai,sans remettre nos paroles, mais bien

plus nos actes d’amour à plus tard car nul ne sait…  MGEDE

 » Nobody knows when the last goodbye is … »

Marthe Ghislaine Ekambi Dayas-Eyoum

(MGEDE/Février 2017 )

Vous aimerez peut-être aussi  d’autres articles ici:

https://mmmdouceursmaison.com/category/chroniquessociete/

 

2 réflexions sur “Un deuil familial devrait être …

  1.  » Comprendre qu’au sein d’une même famille, l’histoire vécue avec le défunt est rarement la même en tout point. En effet, il n’y a qu’à écouter les descriptions ou autres histoires sur les parents, racontées par une fratrie. On a l’impression qu’il ne s’agit pas « des mêmes parents ». Cela semble s’expliquer par le fait, que chaque enfant naît à un moment de vie des parents qui est différent ! En outre, chaque enfant, même s’il appartient « au groupe familial » a sa sensibilité propre, son caractère…ce qui doit être respecté d’ailleurs…Les vécus et autres ressentis au sein d’une même famille ne peuvent pas être similaires. Et tant mieux !!!  » Merci pour ce beau partage ma Marthe-Ghislaine!

    J'aime

  2. Ces « pièces rapportées » doivent être des personnes qui consolent,

    pour le bien de tous !

    Et elles doivent peut-être aussi rappeler avec douceur, à

    « leur personne éprouvée », que la personne

    qu’elle « pleure », était une personne qui aimait

    » sa famille unie »,ou tout au moins la respectait.

    Par amour pour elle et afin qu’elle repose en paix ,

    n’alimenter ou ne créer aucun conflit,mais œuvrer pour l’unité. Merci Martha. Rien à ajouter. Soyons amour !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s